Après le pavé de Simon, je me sens un peu obligé d'écrire un gros pâté moi aussi alors voilà ma profession de foi ou acte de candidature au Collège des Fablabs, bonne lecture: Bonjour à tous Tout d'abord une présentation générale: Je m'appele Matthieu Dupont de Dinechin, j'ai 44 ans, je suis le fondateur et président du fablab associatif Chantier Libre, et je suis salarié de la SPL277, une structure qui s'occupe de la reconversion, gestion et animation d'une ancienne base militaire à Varennes-sur-Allier dans le but d'en faire une zône d'activité qui participe au développement de son territoire. Dans ce cadre je m'occupe notamment du montage et de l'animation d'un espace de coworking et d'un fablab. Comment j'en suis arrivé là ? Après des études d'ingénieur et architecte j'ai exercé pendant 10 ans comme architecte en libéral spécialisé en construction écologique, avec en parrallèle une activité de formateur en 3D principalement sur le logiciel libre Blender. J'ai en effet toujours été passionné de 3D, et la découverte de Blender m'a entraîné dans le monde du logiciel libre. Je suis devenu assez actif dans la communauté Blender, et je me suis mis à donner des conférences sur Blender et les logiciels libres. J'ai aussi écrit le livre "Blender pour l'architecture" aux éditions Eyrolles. Ma découverte de l'impression 3D et des fablabs a coincidé avec une prise de conscience que je ne faisais rien localement autour des logciels libres. En constatant que sur le nord du département de la Loire il n'y avait ni GULL (Groupe d'Utilisateurs de Logiciels Libres) ni Fablab, j'ai donc lancé Chantier Libre avec un copain en 2013, une association qui faisait les deux. Ca a commencé dans ma grange, avec une Ultimaker Original, une fraiseuse Shapeoko, quelques arduinos et de l'outillage récupéré à droite et à gauche. Un premier gros changement a été le prêt de la gare de l'Hôpital-sur-Rhins par la mairie pour accueillir le fablab, qui depuis grossit tranquillement avec un bon noyeau dur de bénévoles et de plus en plus de matériel. Nous sommes tous bénévoles, une subvention ayant permis l'investissement dans plus de machines, mais le fonctionnement étant financé uniquement par les adhésions et les prestations aux entreprises. Nous n'avons presque que du matériel OpenHardware que nous avons monté nous même. Prochaine étape: l'aménagement de l'étage pour y installer un espace de coworking qui devrait pérenniser notre présence dans les lieux et assurer un peu de revenus. A côté de cela ma route a croisé celle de la SPL277 qui avait une volonté forte que l'ancienne base aérienne de Varennes-sur-Allier soit plus qu'une simple zône d'activité avec notamment un projet de tiers-lieux comprenant un espace de coworking et un fablab orienté bois. Ils étaient d'accord avec l'idée qu'un tiers-lieux doit être porté par une communauté et des acteurs du territoire et que la SPL277 ne devait avoir qu'un rôle d'initiateur et facilitateur. J'ai donc rejoint l'équipe il y a trois ans et le fablab et l'espace de coworking sont maintenant opérationnels. Je reprends souvent une phrase de Celsio Fonseca pour résumer le rôle principal des fablabs pour moi: "la réappropriation critique de la technologie pour le changement social". Cela résume bien les différents aspects qui comptent pour moi: diffusion et partage des savoirs, autonomisation par le faire, production de discernement, création de communs, et la reprise de contrôle de la technologie qui peut en découler. Un des aspect des fablabs que nous avons du mal à mettre en pratique est la mise en réseau, qui a tendance à passer après le reste, et comme nous avons tous la tête dans le guidon... C'est pour cela que le Réseau Français des Fablabs est important pour moi et que je souhaite m'y impliquer au sein du CA. Par ailleurs, je constate (comme beaucoup d'autres j'imagine) un manque de compréhension de ce que peuvent être les fablabs au delà d'un terme à la mode, et le rôle du RFF comme représentant de nos diversités et des nos points communs me semble primordial pour mieux nous faire entendre, connaître et reconnaître, et aider à ce que les fablabs restent les lieux extraordinaires dont nous rêvons.